Ararat Mirzoyan, ministre des Affaires étrangères de la République d’Arménie, a commenté certaines spéculations concernant la réunion de Bruxelles. « Le point de vue de la partie arménienne concernant les cinq points proposés par l’Azerbaïdjan est inchangé. Comme nous l’avons dit précédemment, il n’y a rien d’inacceptable pour nous dans les propositions présentées par l’Azerbaïdjan le 10 mars 2022. Notre réponse aux pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE a permis de finaliser l’agenda et nous sommes donc prêts à poursuivre les négociations de paix sur cette base. Le fait de ne pas tenir compte de ce point de vue, ou de tenter de ne pas le faire, donne à la partie arménienne des raisons de mettre en doute la sincérité des intentions de l’Azerbaïdjan de parvenir à la paix. De plus, la poursuite des interprétations arbitraires et non-conformistes des négociations et l’évitement de la mise en œuvre des accords nous amène à penser que l’Azerbaïdjan est déterminé à saper le processus de paix et à poursuivre sa politique de nettoyage ethnique par l’usage de la force.

L’Arménie Occidentale suit de près les processus de Bruxelles, au sujet desquels le président de la République d’Arménie Occidentale, Arménag Aprahamian, rappelle que le renforcement de la sécurité militaire de nos territoires et de nos populations est vitale pour notre avenir, faut-il encore le répéter?