La réunion trilatérale des dirigeants de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan et du Conseil de l’Europe à Bruxelles n’a pas permis de fixer des positions communes sur les questions les plus importantes pour la partie arménienne. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Nikol Pashinyan lors d’une réunion avec la communauté arménienne à Vladivostok. »Nous parlons spécifiquement du problème du Nagorno-Karabakh. Quel est le point de vue de l’Azerbaïdjan ? Ils pensent que le problème du Haut-Karabakh est résolu et qu’il n’y a plus rien à discuter. Notre position et évidemment celle de la communauté internationale ne coïncident pas avec celle de l’Azerbaïdjan. Cette position n’est évidemment pas partagée par la Fédération de Russie en particulier. Lors de ma visite officielle en Russie, le président de la Russie et moi-même avons signé une déclaration indiquant que nous devons coopérer en vue de la résolution de la question du Haut-Karabakh. En d’autres termes, la Russie constate qu’il y a un problème à résoudre. Et c’est logique, car s’il n’y avait pas de problème, il n’y aurait pas de forces de maintien de la paix russes dans le Haut-Karabakh », a déclaré M. Pashinyan.