Les difficultés socio-économiques qui prévalent dans les Monts Musa de l’Arménie Cilicienne ont appauvri la population, mais n’ont pas réussi à supprimer ses aspirations culturelles.   Malgré leurs ressources et leur éducation limitées, ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour exprimer leur potentiel artistique et intellectuel par divers moyens. Ils créaient des bibliothèques, lisaient des livres, racontaient des histoires, imprimaient et s’abonnaient à des périodiques, donnaient des conférences et/ou suivaient des cours, et organisaient toutes sortes d’activités culturelles․  Les habitants des monts Musa étaient riches en talents et en inspiration créative. Les associations bénévoles jouent un rôle important dans ce mouvement général.   Grâce à ces développements, les organisateurs et les spectateurs ont trouvé et apprécié les aspects les plus agréables de la vie, malgré les conditions difficiles.                                          La musique, les chants et les danses populaires, bien qu’importants d’un point de vue ethnographique, ont été exclus de ce cercle empoisonné qui couvrait la période entre les deux guerres mondiales (1919-1939). Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant

https://www.houshamadyan.org/arm/mapottomanempire/vilayetaleppo/musaler/mshaguyt.html