En raison de l’industrie minière, les pillages se poursuivent sans relâche dans les zones compactes alévies. Malatya est l’une des régions où la nature est également détruite, privant notamment les résidents alévis de leur lieu de vie.

Yoldaş Ceylan, une représentante de la plateforme environnementale de Malatya à Ankara,

pointant du doigt les opérations minières en cours dans la région, met en garde contre la destruction imminente d’une trentaine de villages. Selon lui :

De nombreux projets miniers ont été réalisés, notamment dans les provinces de Malatya, Sebastia, Harberd, Dersim, Erznka, Maras et Samosat. En raison des mines de fer et d’or susmentionnées, les lieux de rassemblement et de pèlerinage alévis sont également menacés. Selon Yoldas Ceylan, l’exploitation minière n’est pas la seule cible.

« Une grande catastrophe nous attend du district d’Atma à la province d’Arabkir, du plateau de Sar Chichek aux montagnes de Kemalie et de Mndzur. Cela fait trois ans que nous en parlons. Il y a aussi les documents d’expropriation que le président du pays a publiés il y a une semaine. Et cela signifie priver les gens de leur propriété et ensuite l’usurper. Ces projets commencent à petite échelle et s’étendent ensuite géographiquement avec le soutien de l’État », a précisé l’activiste.

La Turquie cherche non seulement à causer d’importants dégâts environnementaux en Arménie Occidentale, mais aussi à procéder à des déportations secrètes en expulsant les Alévis des régions où ils vivent depuis plus d’un siècle, voire plus. Cet État occupant ne tolère pas les minorités vivant sur nos territoires et exécute ses plans génocidaires sous les yeux de l’ensemble du monde civilisé.