Le président turc Erdogan, qui s’est rendu à Jraka et Kovsaka sous occupation, a participé à l’ouverture de l’aéroport, et a annoncé que Bakou devrait exiger une compensation d’Erevan pour agression.

Personne n’avait utilisé le mot « indemnisation » en dehors du président turc. S’il y avait eu un gouvernement national à Erevan, il aurait mis la Turquie devant ses obligations suite à  l’occupation des territoires de la République d’Arménie avec les Russes en 1920 et en 1921, la question des accords russo-turcs et demanderait d’abord des compensations : la restitution du Nakhitchevan, de Kars, de la région du mont Ararat à l’Arménie, puis la question de l’Arménie Occidentale, la question des compensations pour le crime de millions d’Arméniens autochtones es et l’expropriation illégale de leur propriété et territoire.