L’une des plus anciennes colonies de l’histoire humaine, Samosat, est pillée par des chasseurs de trésors. Les structures historiques restantes et non protégées sous le barrage sont démolies ou détruites au nom de la restauration. Un autre exemple de catastrophe de « restauration » est le château de Kahta. Selon des sources officielles, il existe 76 sites archéologiques protégés, 48 ​​édifices religieux historiques, 56 bâtiments résidentiels architecturaux et 6 zones naturelles protégées à Samosat. Aucune des fouilles commencées dans ces zones connues n’est terminée.

Le public sait que des dizaines de collines historiques sont restées sous le barrage nommé d’après Atatürk, qui a été ouvert en 1990. L’une de ces collines est apparue en 2021, lorsque les eaux du barrage se sont retirées en raison d’une chaleur extrême. Les experts ont découvert que cette colline a une histoire de 4000 ans, mais aucune fouille n’a été effectuée ici. Des dizaines de tumulus et de nécropoles sont également à explorer. Ces trésors historiques et culturels de Samosat, tels que les anciennes villes d’Arsemia et de Perre, les monuments du mont Nemrut, doivent également être étudiés et protégés avec soin.

Comme il n’y a pas de protection adéquate dans les lieux reconnus comme sites historiques, ils ont toujours été la cible des chasseurs de trésors.

Non seulement la communauté internationale est à blâmer pour une telle activité de ces groupes de pillage et de pillage, qui garde le silence en voyant comment ils détruisent le patrimoine culturel de l’Arménie Occidentale, mais les principaux coupables sont les autorités et leurs intellectuels qui tolèrent un tel vandalisme. Ce sont les barbares d’aujourd’hui qui dirigent cet État occupant et poursuivent leur politique génocidaire envers notre culture.