Après le génocide de 1915 contre les Arméniens, les enfants qui ont survécu au génocide en Arménie Occidentale se sont dispersés dans le monde et ont créé leurs propres colonies.

Au début, les établissements d’enseignement des Arméniens exilés étaient principalement concentrés dans les pays du Proche et du Moyen-Orient : Le Caire, le Liban, la Syrie, l’Égypte, la Palestine, l’Iran, l’Irak, etc. Ils étaient des orphelinats-écoles et abritaient, nourrissaient et éduquaient des milliers d’orphelins.

Ensuite, parallèlement à la stabilisation des colonies, des écoles ont été ouvertes, qui sont devenues des centres de préservation de l’identité arménienne avec un programme éducatif spécifique, ont fait l’objet de soins d’organisations bienveillantes, culturelles, patriotiques, de partis politiques et de bienfaiteurs individuels.

Les fonds pour l’entretien des écoles ont été générés par les frais de scolarité des étudiants, l’argent alloué par les organismes de parrainage et les recettes de divers événements. Il y avait 4 types d’établissements d’enseignement dans la diaspora : élémentaire, secondaire incomplet (préscolaire), secondaire (secondaire) et supérieur (collège). Avant le génocide contre les Arméniens dans nos territoires d’origine, il y avait des écoles arméniennes dans presque toutes les colonies arméniennes.

Le Président de l’Arménie Occidentale, Armenag Aprahamian, dans l’un de ses discours publics, a particulièrement mis l’accent sur le problème des Arméniens en exil pour obtenir une éducation arménienne, insistant notamment sur l’apprentissage de l’arménien occidental et son utilisation dans la vie quotidienne. L’arménien occidental est une langue sonore et belle qui mérite d’être préservée, c’est pourquoi les dirigeants de l’Arménie Occidentale prennent toutes les mesures nécessaires pour que les Arméniens en exil aient la possibilité de communiquer en arménien occidental.