Il y a toujours eu un combat entre ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et la cruauté et ceux qui essaient de protéger leur existence et leurs valeurs et « reculent et continuent à se battre ». 

L’Histoire a également été témoin des femmes résistantes qui ont résisté pour leur liberté et leur dignité ainsi que de la persécution des fascistes contaminés par le chauvinisme et la religion, mentalité dominée par les hommes. Autant que le côté sombre de l’oppression, il y a aussi le côté lumineux des femmes de la résistance. 

La reconnaissance de la résistance des femmes aujourd’hui, qui ont été sacrifiées avec du sang et de grands efforts, est plus nécessaire qu’hier. 

Même une personne qui n’a aucune connaissance de l’histoire peut voir comment le slogan de « Jin Jiyan Azadi » a transformé l’Iran d’aujourd’hui en un feu de liberté.

Il peut voir comment le feu de la liberté absorbe les femmes du monde aujourd’hui. Aujourd’hui, plus que jamais, il est temps de répandre le feu.   

L’histoire et l’humanité témoignent que la forme la plus correcte et la plus juste de lutte pour l’existence est la résistance. Résister, ne pas prêter allégeance, ne pas être comme les oppresseurs a toujours été la voie vers laquelle les opprimés ont dû recourir. Si les pionnières de la résistance sont des femmes révolutionnaires, l’histoire s’écrira sous différentes couleurs vives. Chaque résistance est mémorisée. Si les insurgés sont des femmes pionnières qui disent : « Nous mourrons en résistant », la « liberté » est inscrite de manière indélébile sur les arbres, les rochers, les cahiers d’école et les souvenirs. 

Il n’y a pas de résistance qui n’ait pas de conséquence et d’exemple antérieurs. Si la lutte des combattantes de la résistance arménienne, syriaque, grecque n’est pas connue et comprise, la résistance héroïque des combattantes de la libération des femmes kurdes ne peut pas être suffisamment comprise aujourd’hui. Les combattantes kurdes sont des historiographes contemporaines qui perpétuent et développent la tradition des femmes en résistance aujourd’hui. S’il y a eu des persécutions et des génocides exaspérants dans les pays appelés Arménie et Kurdistan, il y a aussi eu de grandes protestations. Ceux qui ont résisté, « réalisant l’impossible et le difficile », ont écrit des notes dans l’histoire plus fortes que les oppresseurs.  

Maryam Chilingirian, Khanum Ketenjian, Aguli Tatulian, Sultan Simian, Eddessalı (Urfa) ont été les pionnières qui ont organisé la résistance des femmes arméniennes.

Les soldats ottomans voulaient entrer dans les quartiers arméniens, expulser de force les gens de leurs maisons et transformer les voies de l’exil en voies de mort. Maryam Chilingirian et Khanum Ketencian ont résisté avec l’« Union des femmes » qu’elles ont fondée, pour ne pas laisser entrer les soldats ottomans dans les quartiers arméniens. Khanum Ketenciian, qui a fondé et commandé l' »Union des femmes » de 30 membres, s’est battu avec les armes contre le génocide turco-ottoman.  

Aguli Tatulian a participé à la résistance de Hadjin (district de Saimbeyli à Adana). Aguli, l’une des neuf femmes qui ont survécu à l’attaque génocidaire de l’invasion ottomane de Hadjin, a rejoint la résistance en se coupant les cheveux et en portant des vêtements pour hommes, tout comme la résistante française Jeanne d’Arc. Vêtues d’habits d’hommes et résistantes, les volontaires arméniennes menèrent leurs premières actions en occupant l’avant-poste ottoman. Ils récupèrent toutes les armes au commissariat et retournèrent dans leurs quartiers. Des vagues de résistance se sont propagées dans les quartiers et les maisons arméniennes. L’espoir se répand dans la conscience et le cœur des femmes arméniennes. L’espoir magnifie l’idée de résistance, est encore une fois plus forte que l’arme de l’oppresseur.   

Les officiers allemands qui ont ordonné le génocide, ainsi que les gangs de la région, ont tenté de briser la résistance de la liberté des femmes. Un dur conflit se poursuivit dans les quartiers arméniens d’Urfa. Maryam Chilingirian a été martyrisée avec ses camarades résistants dans ces affrontements. Khanum et ses quatre camarades sont retenus captives. 

L’officier ottoman dit que si Khanum se rend, sa vie sera épargnée, et si elle accepte d’être sa femme, une nouvelle vie commencera pour elle. La réponse de Kahnum a été simple. Elle déclara que si sa vie est épargnée, « elle reviendra et continuera à résister, elle choisira de mourir en résistant ». Elle répondit à la question d’être sa femme comme un « déshonneur ». 

Khanum donna à l’officier ottoman la punition qu’il mérite avec l’arme qu’elle gardait dans sa poche. Avec Khanum Ketenjian, les meurtriers ont abattu les quatre insurgés.  

Lorsque les femmes, opprimées par l’oppression et la lourde vie dominée par les hommes, se lèveront et briseront le premier maillon de leurs chaînes, elles seront de nouvelles terres,  des terres de vie et de liberté. Un monde dont les enfants ne seront pas tués sera créé. 

Seuls les travailleurs et les femmes peuvent recréer le monde et la vie de leur esprit et de leurs mains. 

Que la lumière brille sur les femmes et les travailleurs.  

Nubar Ozanyan

Laisser un commentaire