Sur Western Armenia TV, le Président de la République d’Arménie Occidentale, Arménag Aprahamian, a parlé de la sentence arbitrale, déclarant : « Cela a un lien direct avec les articles 89, 90 et 91 du traité de Sèvres, qui ont servi de base à Woodrow Wilson pour signer la sentence arbitrale. Elle délimite officiellement la frontière entre l’Arménie Occidentale et la Turquie, considérant qu’il s’agissait de la première frontière internationale de toute la région qui établissait de jure la frontière entre deux États. Après la signature, diverses forces politiques criminelles ont décidé de diviser l’Arménie intégrale, car l’Arménie intégrale s’est constituée à partir du territoire de l’Arménie Occidentale.

Le Président a également parlé des forces politiques qui mènent une politique sans issue, ce qui implique une déviation de l’idée d’une Arménie unie et une focalisation sur l’idée d’indépendance de l’Artsakh. Il a également condamné les campagnes menées par les forces politiques, à travers lesquelles de tels documents apparaissent dans les médias où la base de notre autochtonie est ignorée, notant que les Arméniens sont une minorité en Artsakh et en Arménie Occidentale. Il a également fait référence au héros de l’Artsakh, le commandant Leonid Azgaldyan, dont on célèbre l’anniversaire le 22 novembre. Le Président a rappelé les propos suivants d’Azgaldyan : « L’Artsakh, c’est l’Arménie et c’est tout » et a ajouté que l’Arménie Occidentale devait également être comprise dans ces mots, parce que la guerre de libération a commencé en Artsakh sur la base de la libération de l’Arménie Occidentale et le combat continu.

Laisser un commentaire