A l’occasion de l’événement culturel « Zabel Yesayan Days » qui s’est tenu la semaine dernière à Hambourg, le défenseur des droits de l’homme, journaliste et éditeur Rakib Zarakolu a félicité les organisateurs de l’événement. A cette occasion, l’intellectuel a présenté les détails de la vie de Zabel Yesayan dans un long article, dont nous présentons des extraits.

« Le 24 avril 1915, au début du génocide contre les Arméniens, Zabel Yesayan s’est non seulement sauvé elle-même d’une arrestation massive mais elle a également aidé des intellectuels arméniens, ainsi que de nombreuses personnes à fuir vers la Bulgarie. Elle a fait partie non seulement des Lumières arméniennes, mais aussi du soi-disant processus de démocratisation qui a conduit à la révolution constitutionnelle jeune turque de 1908.

Zabel Yesayan a été la première femme arménienne diplômée de l’Université Paris Sorbonne. Ne se considérant pas féministe, elle devient l’une des pionnières du féminisme arménien.

Bien qu’il ait réussi à éviter la sanction d’expulsion de Talat Pacha, en 1943, avec de nombreux intellectuels arméniens, dont le grand poète Yeghishe Charents, elle est devenu la victime d’un autre massacre, les répressions de Staline.

Laisser un commentaire