La culture de l’Artsakh occupe une place particulière dans le trésor du patrimoine mondial et 

doit être préservée, vulgarisée et transmise aux générations. L’Artsakh, dixième province de 

l’Arménie historique, était l’un des centres de l’écriture arménienne. Mesrop Mashtots a 

ouvert la première école d’Artsakh à Amaras et a jeté les bases de l’éducation arménienne. 

A partir des XIe-XIIe siècles, parallèlement à l’essor de la construction d’églises, l’art de 

l’écriture et la bibliographie se développent également, des centres d’écriture se créent avec 

leurs bibliothèques et leurs riches collections de manuscrits.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la composition arménienne s’est développée 

comme une amélioration de l’écriture. L’école Artsakh-Utik se distingue par ses principes 

originaux de conception et de décoration des revêtements en cuir, expression des 

constitutions.