Selon le turcologue Tiran Lokmagozyan, aujourd’hui plus que jamais, le processus de reconnaissance du génocide est en danger. « En général, pendant 30 ans, tous les gouvernements de la RA se sont tenus à distance du processus de reconnaissance du Génocide et ont mis tout cela principalement sur les épaules des Arméniens exilés. Et déjà après 2018, le processus de reconnaissance du génocide en général semblait au point mort », a déclaré le turcologue.

Selon lui, outre le fait que la question du génocide des Arméniens  n’est plus discutée, il y a un autre problème. « Il y a aussi le problème de vendre notre droit sur les terres de l’Arménie Occidentale aux Turcs, car ils parlent de se lier d’amitié avec les Turcs. Aujourd’hui, il y a un problème non seulement de la frontière arméno-azerbaïdjanaise, mais aussi de la frontière arméno-turque. Et si cette frontière est clarifiée, c’est tout, il s’avérera que nous reconnaissons les frontières d’aujourd’hui et effaçons les revendications arméniennes, le processus de reconnaissance du génocide également. »