Pour « insulte à la turcité », le bureau du procureur général d’Ankara a déposé une plainte contre 11 anciens membres du Parti démocratique populaire, exigeant qu’ils soient condamnés en vertu de l’article 301 du code pénal. Le procès était basé sur la déclaration faite par eux le 24 avril 2021, où les politiciens ont montré une position spécifique concernant le génocide contre les Arméniens.

L’acte d’accusation cite la déclaration faite par des hommes politiques : « Le 24 avril 1915, 250 intellectuels et hommes politiques arméniens ont été exilés de force et tués par l’organisation spéciale du Comité Union et Progrès. » Le peuple arménien a été génocide et exilé de sa propre patrie, où il a vécu pendant des milliers d’années. Puis l’Arménie Occidentale a été déchristianisée. À la suite du génocide, leurs biens et leurs valeurs culturelles ont été confisqués. La Turquie n’a pas fait face au génocide arménien pendant 106 ans, grâce à quoi le crime a été répété et atteint jusqu’à nos jours. Les crimes majeurs sont restés impunis, la discrimination et les discours de haine sont devenus monnaie courante. Le génocide des Arméniens est avant tout un problème qu’il faut aujourd’hui affronter et accepter équitablement, en termes humanitaires, juridiques et sociaux. Le génocide des Arméniens a eu lieu sur le territoire de l’Arménie Occidentale et la justice doit être assurée sur ces terres. »