L’arrêt de l’approvisionnement en gaz de l’Artsakh par l’Azerbaïdjan, la fermeture de Berdzor sont des actes de terrorisme au niveau de l’État contre l’ensemble de la population d’Artsakh, a déclaré l’ancien défenseur des droits de l’homme de la RA Arman Tatoyan.

« Plus de 120 000 civils, dont des enfants et des personnes âgées, ont été délibérément privés de gaz, de chauffage et d’eau chaude, d’hôpitaux, d’écoles et de jardins d’enfants, provoquant une catastrophe humanitaire et des violations massives des droits de l’homme. Les jardins d’enfants et les jardins d’enfants ne fonctionnent pas.

En dehors de cela, pour le deuxième jour déjà, les militants azerbaïdjanais se faisant passer pour des « écologistes », en fait – des militaires et des fonctionnaires, ont également maintenu Berdzor fermé dans la région de Chouchi – Karin-dag à partir de 10h30 du matin le 12 décembre, coupant la seule connexion entre la région de Goris et l’Artsakh.

Toutes ces actions ne sont pas isolées, mais font partie d’une même politique, d’une même chaîne. Une politique de haine et d’inimitié qui a des fondements ethniques et religieux.

Sinon, comment la politique génocidaire et le nettoyage ethnique se produisent-ils ? Comportement criminel international typique pénalement punissable.

Des preuves de cette politique criminelle seront envoyées aux organisations internationales », a écrit Arman Tatoyan sur sa page de réseau social.