La ville de Chmshkatsag en Arménie Occidentale est située à environ 50 km au nord-ouest de Kharberd, dans une zone boisée, à une altitude de 1300 m au-dessus du niveau de la mer. Administrativement, dans les temps anciens, il faisait partie de Tsopk et, à l’époque moderne, de la province de Dersim de la province de Kharberd.

Jusqu’au XVe siècle, il était assez fréquenté et bien organisé. Cependant, après avoir été conquise par les Turcs mamelouks en 1474, qui s’est accompagnée de la capture massive des habitants, elle s’est transformée en une petite ville rurale pendant des siècles. Les branches de l’économie de la ville étaient l’artisanat, le commerce et les activités agricoles.

Les Arméniens avaient deux églises, dont l’une était dédiée à St. d’Astvatsatsin, et le nouveau s’appelait St. Toros et a été construit en 1825, à l’emplacement de l’ancien sanctuaire. Diverses antiquités et monuments historiques ont été conservés à Chmshkatsag: les vestiges du mur défensif qui entourait autrefois la ville, des traces de la forteresse, des ruines de forteresses arméniennes, des églises et des chapelles et d’autres bâtiments.

La population arménienne de Chmshkatsag était courageuse comme les habitants de Sassoun et a mené des batailles héroïques d’autodéfense pendant longtemps. De 1830 à 1850 sa population atteignait 8 000 personnes, dont environ 6 500 étaient des Arméniens. La ville comptait quasiment le même nombre d’habitants qu’à la veille du génocide. En 1915, les Arméniens ont été soumis au génocide. Une partie fut victime de l’armée turque et les survivants furent déportés en divers endroits. Dans les années 1930, la population de Chmshkatsag atteignait à peine 5 à 6 000 personnes, parmi lesquelles se trouvaient également un petit nombre d’Arméniens.