La région autonome de Hamshen sous la région de Trabzon a perdu sa juridiction et est passée sous la domination ottomane en 1484. Il ressort clairement des archives de l’État ottoman que presque tous les habitants de la région étaient chrétiens. L’islamisation a commencé dans la région après les années 1600. Dans les années 1690-1700, un groupe d’Arméniens Hamshen, qui refusaient de se convertir à l’islam, émigra vers la région de Karadere d’Arakli. Au cours de la période mentionnée, presque toute la population de Hamshen s’est convertie à l’islam. Cependant, tous les habitants de Hamshen ne sont pas musulmans. Christian Hamshens s’est installé dans les villages et villes des provinces de Trabzon, Ordu, Unié, Charshamba, Bafra, Sinop et Adapazar.

Dans les années suivantes, une partie importante de la population chrétienne migre vers les rives opposées de la mer Noire : Crimée, Sotchi, Abkhazie. Certains de ceux qui sont restés dans leur ville natale ont été tués en 1915, et certains ont été exilés ou ont émigré à Constantinople.

Du point de vue des Arméniens chrétiens de Hamshen, être de Hamshen avait le même sens qu’être de Sébastia, de Samsun ou de Sassoun, ce qui n’était pas une identité distincte. Le peuple musulman Hamshen a mis son identité Hamshen au premier plan afin de se distinguer de l’identité arménienne, qui s’identifie souvent au christianisme. Mais en même temps, ils soulignent leur différence avec les autres identités nationales de la région (laze, grecque, géorgienne). Ainsi, Hamshen a cessé d’être un nom de lieu et est devenu davantage un nom d’identité.

C’est peut-être la raison pour laquelle les habitants d’Ardvin depuis environ 250 ans s’appellent encore Hamshentsi.