L’Institut Lemkin pour la prévention du génocide a de nouveau évoqué la fermeture de la route de Berdzor dans un tweet.

« L’Institut Lemkin pour la prévention du génocide appelle les personnes au pouvoir dans le monde, en particulier le président Joe Biden, le chancelier Olaf Scholz et le président Emmanuel Macron, à prendre au sérieux la menace de génocide contre les Arméniens en Artsakh. Le monde ne peut pas permettre un autre génocide des Arméniens », indique le message.

Au début du XXe siècle, dans les conditions du même silence dangereux, des pogroms de masse et des massacres d’Arméniens ont eu lieu sur le territoire de l’Arménie Occidentale. Plus tard, seuls les pays « observateurs » ont reconnu le génocide commis contre les Arméniens comme une consolation, mais rien de plus. Au fil du temps, une tentative a été faite pour exclure le facteur de compensation de l’ensemble, mais les dirigeants de l’Arménie Occidentale continuent de travailler dans le domaine juridique et de protéger les intérêts de l’Arménie dans son ensemble. Maintenant, presque la même chose se produit à nouveau en Artsakh, ce qui ne peut être autorisé.