La ville de Karakilise en Arménie Occidentale est située sur la rive droite du cours supérieur d’Aratzani, dans le champ fertile d’Alashkert. En plus d’Aratsani, bon nombre de ses affluents coulent également ici. Les terres autour de la ville rurale sont fertiles et gorgées d’eau.

Les Turcs l’appellent maintenant Karakyose. Il était généralement considéré comme un village, une ville, une ville.

Dans la première moitié du XIXe siècle, les Arméniens constituaient la majorité absolue de la population de Karakilise. En 1877-1878 avant la guerre russo-turque, il y avait 200 maisons de résidents arméniens ici, dont 120 maisons ont migré vers l’Arménie Orientale pendant la guerre, et 80 familles sont restées en place. Plus tard, le nombre de la population arménienne a considérablement augmenté.

Sous le règne d’Abdul Hamid, en 1895-96. Après les massacres des arméniens, une importante garnison a été établie à Karakilise. Afin d’éliminer l’homogénéité arménienne de la population de la ville, les autorités turques y ont installé 100 familles turques et kurdes.

Comme des dizaines d’autres villes rurales d’Arménie Occidentale, les occupations de la population de Karakilise étaient l’artisanat, le commerce et l’agriculture, et l’élevage de bétail était généralement entre les mains de Turcs et de Kurdes.

Le Collège Haykazyan fonctionnait à côté de l’église Astvatsatsin à partir du 19ème siècle, dont le nombre d’étudiants en 1872-73 atteint seulement 20, et à la fin du siècle – 35-40.

Le génocide organisé par les Turcs fut également meurtrier pour les Arméniens de Karakilise. Certains d’entre eux ont été tués en 1915, à la suite au Génocide, et l’autre partie, plus petite, a été déplacée dans diverses directions.

Laisser un commentaire