Gegham Stepanyan, DDH de la République d’Artsakh, a publié un post sur sa page Facebook, dont nous présentons des extraits : « En cette Journée internationale de l’enfant, il est impératif de parler à nouveau des défis et des privations auxquels sont confrontés 30 000 enfants d’Artsakh aujourd’hui, à la suite du blocus de 6 mois par les autorités de Bakou. Selon la Convention relative aux droits de l’enfant, tous les enfants du monde ont des droits fondamentaux et inaliénables, mais pendant environ six mois, les enfants d’Artsakh continuent d’être privés de leurs droits et libertés fondamentaux et élémentaires, tels que l’éducation, la santé soins, développement, regroupement familial, intégrité psychologique et mentale, niveau de vie suffisant, accès aux nécessités de base.

En raison du blocage de la route de Berdzor par les autorités de Bakou, environ 550 enfants ont été privés du droit de rentrer chez eux et de retrouver leur famille. Au total, plus de 1 820 enfants n’ont pas pu voir l’un de leurs parents ou les deux en raison du blocus, provoquant une grave détresse psychologique chez les enfants.

Le processus éducatif dans toutes les institutions de l’Artsakh a été régulièrement perturbé en raison du ciblage délibéré de l’infrastructure vitale de l’Artsakh par les autorités de Bakou. En raison de la violation du droit à la libre circulation des enfants d’Artsakh, les étudiants ne peuvent pas postuler dans des établissements d’enseignement et profiter des opportunités éducatives en dehors de l’Artsakh.

En l’absence d’approvisionnements alimentaires suffisants et en temps opportun en Artsakh, les enfants, y compris les nourrissons, sont confrontés à une grave menace de malnutrition, de manque de vitamines et de minéraux et aux problèmes de santé qui en résultent.

Les droits de l’enfant sont des droits humains et devraient être universels, indépendamment de l’origine ou de l’ethnie de l’enfant. Les enfants d’Artsakh devraient jouir des mêmes droits et opportunités que tous les enfants du monde. Cependant, au 21e siècle, alors que le monde civilisé poursuit des objectifs de développement durable, les enfants d’Artsakh se battent toujours pour la protection de leurs droits fondamentaux et l’offre d’opportunités.

Dans les conditions de menaces existentielles contre les enfants d’Artsakh, nous appelons une fois de plus la communauté internationale, représentée par l’UNICEF, à prendre des mesures pour protéger efficacement les droits de nos enfants et prévenir les menaces proférées par le régime autoritaire et haineux de l’Arménie. des autorités de Bakou chaque jour.