Une inscription arabe est visible sur l’une des tours de la citadelle de la forteresse de Dashtademi, non loin de la ville de Talin. Il a été laissé par l’un des derniers émirs seldjoukides d’Ani, Shaddadian Sultan ibn Mahmud ibn Shavur, en septembre 1174, comme le texte l’indique.

Dans le protocole, l’Amira renseigne sur la construction de fortifications, dans ce cas, il s’agit de quelques reconstructions et travaux de fortification supplémentaires dans la forteresse.

La principale raison des travaux mentionnés était qu’en 1174, les troupes arméno-géorgiennes occupèrent Ani et capturèrent l’émir Shaddadian Shahnshah d’Ani. Le fils de Shahnshah, Sultan, s’est réfugié à Dashtadem et l’a fortifié. En 1176, Ani fut de nouveau rendu aux Shaddadiens et le sultan s’installa à Ani jusqu’à la libération définitive de la ville par les forces arméno-géorgiennes dirigées par les Zakarian. Après la libération de la forteresse de Dashtadem, les princes Zakarian y ont réalisé des travaux de construction à grande échelle.