À la suite de l’invasion militaire des 19 et 20 septembre 2023, l’Azerbaïdjan a occupé l’ensemble du territoire de l’Artsakh. Les centres scientifiques, éducatifs et spirituels remarquables de l’Artsakh médiéval, les complexes monastiques de Gandzasar et d’Amaras, qui ont eu une importance pan-arménienne pendant des siècles, sont également passés sous contrôle azerbaïdjanais.

Les responsables de Bakou ont immédiatement pris pour cible les complexes monastiques de Gandzasar et d’Amaras, déclarant que la partie azerbaïdjanaise avait « libéré » les célèbres sanctuaires et lieux de pèlerinage d’Aghvan. Après la diffusion de ces informations, la machine de propagande azerbaïdjanaise a commencé à diffuser largement des informations anti-scientifiques et fausses, manifestement de type propagandiste, sur les monastères. Le ministère de la Culture a été le premier à le faire, après quoi le monde des médias, avec ses différents représentants et soi-disant experts, s’est saisi de l’affaire.

Le 6 octobre 2023, un vaste programme vidéo a été présenté sur la chaîne de télévision Bakou, dont la cible était les complexes monastiques de Gandzasar, Amaras et Dadivank. En particulier, il a été annoncé qu’après la « libération » des monastères mentionnés, la communauté scientifique du monde entier, et en particulier les historiens, auraient l’occasion de voir et de voir sur place le faux arménien.

Cependant, dans cette vidéo, les déclarations du secrétaire diocésain de Bakou de l’Église orthodoxe russe officielle, le vénérable Alexiy Nikonorov, provoquent une confusion évidente. Ce dernier, parlant des complexes monastiques de Gandzasar et d’Amaras, note qu’ils sont les meilleurs exemples de l’architecture aghvank du Caucase et qu’ils ont toujours été des centres spirituels et culturels des Aghvank du Caucase. Aucun mot sur l’affiliation réelle des monastères. L’ecclésiastique russe, déformant et modifiant manifestement les faits historiques, fait également une autre déclaration extrêmement intolérante, selon laquelle « ceux qui s’y sentaient seigneurs et maîtres n’ont pas pu remplir ces monastères de vie spirituelle et religieuse pendant les 30 années, mais ils n’ont pu produire que du brandy Gandzasar 3 étoiles. Une telle déclaration manifestement intolérante et extrémiste soulève de nombreuses questions adressées à l’Église orthodoxe russe elle-même. Rizvan Huseinov et Ulvia Hajiyeva ont avancé des thèses plus dangereuses, selon lesquelles l’apparence extérieure et la décoration des complexes monastiques de Gandzasar et d’Amaras ont été considérablement transformées par les Arméniens au cours des 200 dernières années, lorsque ces monastères ont été transférés à l’Église apostolique arménienne, ce qui devait cacher le fait que les monastères étaient des monastères. La partie de Bakou a souligné qu’elle avait documenté tous ces changements et falsifications. Il a également été noté que les chercheurs azerbaïdjanais ont désormais la possibilité d’y travailler.

De telles déclarations constituent une menace évidente pour l’existence des complexes monastiques, car sous la propagande de désarménianisation, l’architecture réelle de ces monastères peut être déformée, des centaines d’inscriptions, croix et compositions de croix arméniennes peuvent être effacées.