KARIN – Un historien turc a révélé un document récemment mettant en cause la Turquie dans le génocide des Arméniens en 1915. Le journal « New York Times » a publié un article sur les nouvelles études effectuées par Taner Aksam, historien turc au Centre pour l’étude de l’Holocauste et des génocides de l’Université du Minnesota, au sujet du crime de génocide des Arméniens.

Selon l’article, Taner Aksam a recueilli des documents qui révèlent le crime de l’ Etat turc dans le massacre des Arméniens collectivement, malgré le refus de reconnaître ce crime de la part de la Turquie au cours d’un siècle, ce refus serait justifié par le fait selon les autorités turques qu’il n’y a pas de copies de documents qui prouvent ces allégations après la guerre.
L’historien a révélé de nouveaux documents trouvés dans le patriarcat arménien à Jérusalem, un télégramme ottoman envoyé par le haut fonctionnaire ottoman Bahaa al-Din Shaker secrètement à Erzurum expliquant les détails des massacres, des massacres et des déportations des Arméniens.
Le document prouve la complicité de l’Empire ottoman dans le génocide des Arméniens, durant la Première Guerre mondiale en Europe, il y a plus d’un siècle, dans lequel Bahaa al-Din Shaker a été inculpé.

L’historien a souligné qu’en l’absence de nombreux documents provenant des archives, les chercheurs ont été contraints de s’appuyer sur la correspondance des employés ottomans.
Il est écrit que Taner Aksam a annoncé dans ses remarques que ce document était le dernier clou dans le cercueil du refus de reconnaître le génocide par la Turquie, en disant: «J’ai trouvé ce télégramme d’origine crypté, envoyé en 1915 de la ville d’Erzurum, par un haut – gradé dans l’ Empire ottoman, Bahaa al-Din Shaker, câble envoyé à un collègue Dans le cadre de la guerre, il demandait des détails sur la déportation des Arméniens et le génocide dans la région orientale de l’Anatolie (en Arménie Occidentale).

L’historien a souligné que la démocratie et les droits de l’homme en Turquie ne peuvent avancer qu’en confrontant l’histoire et en reconnaissant les crimes historique.
Dans ce cadre, Arménag Aprahamian, Président du Conseil National d’Arménie Occidentale met à la disposition du public un document exceptionnel des Archives Nationales d’Arménie Occidentale trouvé au sein de la Bibliothèque Nationale Française datant de 1919, où il est précisé la nature de l’infraction des actes criminels commis contre la population civile arménienne contraire aux lois et coutumes de la guerre.

Listes des personnes désignées par les Puissances Alliées pour être livrées par l’Allemagne en exécution des articles 228 à 230 du Traité de Versailles et du Protocole du 28 juin 1919.
Listes des personnes accusées par l’Empire britannique d’avoir commis des actes contraires aux lois et coutumes de la guerre à livrer par l’Allemagne en exécution des articles 228 à 230 du Traité de Versailles et du Protocole du 28 juin 1919.

http://www.western-armenia.eu/archives-nationales/Genocide/1919/Un_historien_turc_revele_des_documents_secrets-20.05.2018.pdf