WESTERN ARMENIA  – Comme suite aux dernières interventions médiatiques des candidats aux élections présidentielles qui auront en  lieu en Artsakh en 2020, nous avons voulu connaître l’analyse du Président Arménag APRAHAMIAN sur la question de ces élections présidentielles  par rapport  à l’Arménie Occidentale.

Arménag APRAHAMIAN – Je tenais à vous remercier pour cette question sur les élections présidentielles en Artsakh en 2020, qui montre et démontre tout l’intérêt et la sensibilité que vous portez à l’avenir de notre nation.

Tout d’abord, il faut rappeler que pour l’Etat d’Arménie Occidentale reconnu en 1920, l’Artsakh selon l’article 92 du Traité de Sèvres fait partie de notre Etat et sa question de reconnaissance de droit est une affaire déjà statuée en 1920.

Article 92. Les frontières de l’Arménie avec l’Azerbaïdjan et la Géorgie respectivement seront déterminées d’un commun accord par les États intéressés.

Si, dans l’un ou l’autre cas, les États intéressés n’ont pu parvenir, lorsque la décision prévue à l’article 89 sera rendue, à déterminer d’un commun accord leur frontière, celle-ci sera déterminée par les Principales Puissances alliées, auxquelles il appartiendra de pourvoir à son tracé sur place.

Aussi, je dois dire que c’est pour cette raison juridique que la Turquie demande à ce que la question de l’Artsakh soit réglée à l’avantage de l’Azerbaïdjan.

Ainsi, la question de l’indépendance de l’Artsakh au sein de l’Arménie Occidentale et le droit à l’auto-détermination du peuple arménien en Artsakh par rapport à l’Arménie Occidentale, est une question que je déclare réglée depuis la ratification du Traité de Sèvres par l’Arménie Occidentale.

Ensuite, je veux dire à tous nos compatriotes que je connais personnellement non seulement le Président actuel de l’Artsakh mais aussi tous les nouveaux candidats pour les prochaines élections présidentielles, et que chacun d’entre eux dans leur domaine d’activité respectif, sont des candidats d’un niveau d’expérience et de qualité nécessaire pour l’avenir non seulement de l’Artsakh mais aussi de l’Arménie Occidentale, je m’explique :

Ces élections présidentielles en 2020, sont des élections qui auront lieu sur un territoire arménien qui ne fait pas partie ce jour de la République d’Arménie et ne fait pas partie non plus de la République d’Azerbaïdjan, alors vous pouvez me dire, ce territoire fait partie de quel Etat, et bien comme je l’ai dis précédemment ce territoire fait partie de l’Etat arménien d’une Arménie reconnue en 1920, qui n’est pas la République d’Arménie d’aujourd’hui, et que ces élections ont donc des conséquences et une résonance nationales et internationales uniques, par le fait qu’elles se font sur une parcelle de territoire juridiquement indépendant sur la base du Traité de Sèvres ratifié par l’Arménie Occidentale en 2016.

En tant que président de l’Arménie Occidentale, je reconnais ces élections constitutionnelles dans le cadre de la constitution de l’Arménie Occidentale, qui a anticipée dans ce domaine politico-juridique d’autant plus, dans le cadre du Centenaire du Traité de Sèvres.

Comme l’a très bien précisé dernièrement le Président ERDOGAN, « aucun pays n’est supérieur au droit international », aussi ce qui se passera en 2020 en Artsakh est d’une puissance unique pour l’Artsakh, pour l’Arménie Occidentale et pour le monde entier, si tous les Arméniens du monde entier participent de près ou de loin à ces élections, afin d’accueillir avec force, bienveillance et fraternité le futur président de la République autonome d’Artsakh.

Et, comme l’a très bien rappelé le premier ministre de la République d’Arménie, Monsieur PASHINYAN, « l’Artsakh est l’Arménie, point final ». Ici, il ne parlait évidemment pas de la République d’Arménie de 1991, mais bien de cette Arménie reconnu en 1920, sur le territoire de l’Arménie Occidentale.

Ces élections et les résultats de ces élections auront, comme je l’ai déjà dis auparavant, des conséquences sur l’ensemble de la nation arménienne, y compris pour l’Arménie Occidentale. Soyons prêts !

Arménag APRAHAMIAN

Président du Conseil National d’Arménie Occidentale