La France tente à nouveau d’influencer la question du Haut-Karabakh. Cet article a été publié par le journaliste du Monde Peter Smolyar.

Après 25 ans de diplomatie infructueuse, le conflit du Haut-Karabakh a soudainement dégelé à la fin du mois de septembre. Puis, après six semaines d’affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais, Erevan a été contrainte d’abandonner. Un accord de cessez-le-feu a été signé sous les auspices de la Russie le 9 novembre. Les canons sont silencieux, mais rien n’est réglé. Les diplomates ont donc repris l’affaire, en réhabilitant le même format – le groupe de Minsk – qui avait échoué dans le passé ».

« La France, qui a condamné pendant plusieurs mois les violentes attaques d’Ankara dans différentes zones de crise, ne peut pas évaluer positivement cette idée et envisage d’autres formules pour contrôler le cessez-le-feu. Mais comment peut-on l’influencer ? – le journaliste pose la question.

L’article complet est disponible sur le lien suivant ․.

https://news.am/arm/news/615412.html