La Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide a été adoptée en 1948 et entré en vigueur en janvier 1951 par l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est la définition juridique du génocide, le point central d’une longue campagne de l’avocat Rafael Lemkin, qui a inventé le terme «génocide» basé sur le génocide des Arméniens et l’Holocauste. Tous les pays participants ont été invités à prévenir et à punir les actes de génocide dans des situations de guerre et pacifiques. Le nombre d’États ayant ratifié la Convention est actuellement de 137.