De plus en plus de pays font progressivement face à l’ampleur de l’agression de la Turquie, a mentionné le ministre grec des affaires étrangères, Nikos Dendias.

S’exprimant lors d’un événement organisé par l’aile jeunesse du parti conservateur (ONNED), Dendias a déclaré que les États-Unis et la France avaient commencé à considérer la Turquie comme un problème pour l’alliance de l’OTAN, plutôt que comme un bonus.

« D’autres pays n’ont pas encore saisi toute l’ampleur du problème. En conséquence, ils réagissent tardivement aux provocations et à l’agressivité de la Turquie. De plus en plus d’États comprennent maintenant les choses comme nous le faisons », a-t-il souligné. Les dirigeants de l’UE devaient décider jeudi de sanctions contre la Turquie en raison de ses activités en Méditerranée Orientale.