Hagop s’est battu sans relâche pour la cause arménienne, surmontant toutes les difficultés et mettant sa vie en danger. Il a commencé par son activité à (Yeridasart Hay) (Հայ երիտասարդ), qui était une plate-forme indépendante pour de nombreuses jeunes femmes et hommes arméniens, ce journal a formé le noyau d’un mouvement politique indépendant au sein de l’environnement arménien des années soixante-dix du siècle dernier, qui a ensuite épanoui une génération révolutionnaire progressiste. Hagop était un compagnon des peuples opprimés et un partisan de leur cause, et même un combattant avec eux dans les capitales européennes.

Son activité révolutionnaire à Paris n’a pas plu aux autorités françaises, il a donc été arrêté et emprisonné, mais il est resté libre à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Karnig Asfahani

La président Arménag Aprahamian a connu Hagop Carayian durant la libération de Kessab en Cilicie. « Hagop était un homme remarquable, un exemple pour nos générations, il a œuvré toute sa vie pour la libération de l’Arménie Occidentale. Il sera décoré à titre posthume de la médaille de l’Epée d’Arménie Occidentale. » 

Repose en paix, fils de l’Arménie Occidentale, nous poursuivons le combat !