Armen Tigranyan, né le 26 décembre 1879 à Alexandropol et décédé le 10 février 1950 à Tbilissi, est un compositeur arménien, chef d’orchestre, artiste émérite de la République socialiste soviétique arménienne, de la République socialiste soviétique géorgienne et fondateur de l’Opéra national arménien.

Dès son plus jeune âge, il joue de la flûte, participe aux concerts de la fanfare de l’école. En 1894, il s’installe avec sa famille à Tbilissi (Géorgie). En 1902, il est diplômé d’une école de musique. Il retourne à Alexandropol et organise des chœurs folkloriques à quatre voix avec lesquelles il tourne à Tbilissi, Bakou et Kars.

En 1908, Tigranyan a commencé à écrire son premier opéra, « Anush » (selon Hovhannes Tumanyan), qui a jeté les bases d’une nouvelle direction stylistique dans le théâtre musical arménien. « Anush » a été mis en scène pour la première fois en 1912 à Alexandropol. A Yerevan, en 1935. Les mélodies créées par le compositeur se sont répandues et en fait, elles sont devenues des mélodies traditionnelles. 

Tigranyan vit à Tbilissi (Géorgie) depuis 1913. De 1912 à 1921, il participe aux activités musicales de la société arménienne.

Dans les années 1920 et 1930, Tigranyan a composé un certain nombre de chansons, chœurs et pièces pour piano.

Tigranyan a écrit de la musique pour le théâtre « Gikor », « Mi katil meghr », « Anahit », « Namus », « Samvel », « David Bek ».

Des rues et des écoles de musique ont été nommées d’après Tigranyan à Erevan et à Gyumri où il y a également une maison-musée.

Armen Tigranyan est enterré dans le cimetière central d’Erevan, mieux connu sous le nom de cimetière de Tokhmakh.