Le ministère des Affaires étrangères de la République d’Arménie a publié une déclaration à l’occasion du 31e anniversaire des massacres anti-arméniens à Bakou. Nous présentons partiellement la déclaration du ministère des Affaires étrangères de la République d’Arménie publiée par « Armenpress ».

«Il y a 31 ans, la communauté internationale a été témoin d’un autre crime contre le peuple arménien en Azerbaïdjan. Les massacres et les déportations massives de la population arménienne ont été perpétrés avec une brutalité particulière dans la capitale de l’Azerbaïdjan pendant plusieurs jours. Il y a eu des centaines de morts, de disparus, des dizaines de milliers de réfugiés. Le massacre anti-arménien de Bakou en janvier 1990 a mis fin au processus d’expulsion des Arméniens d’Azerbaïdjan.

La politique anti-arménienne des autorités azerbaïdjanaises visait non seulement la population arménienne vivant à Bakou depuis des siècles, mais également le patrimoine historique et culturel arménien de la ville.

À ce jour, les organisateurs et les auteurs des massacres anti-arméniens de Bakou, qui continuent d’être glorifiés en tant que héros, n’ont pas été  jugés. De plus, à ce jour, l’Azerbaïdjan poursuit cette politique de nettoyage ethnique et d’expulsion des Arméniens d’Artsakh. Aujourd’hui, rendant hommage à la mémoire des victimes innocentes à Bakou, nous soulignons une fois de plus l’engagement uni de la République d’Arménie, de la République d’Artsakh et des Arméniens du monde entier à garantir le droit du peuple arménien de vivre librement, en toute sécurité et dans la dignité dans leur patrie.