Le Président de la République d’Arménie Occidentale Armenag Aprahamian a évoqué les informations diffusées par le périodique russe « Kommersant ».

Le Président a exprimé son désaccord avec les éléments fournis, notant qu’à la suite de négociations trilatérales, la ligne de chemin de fer passe par la frontière de l’Arménie Occidentale (Nakhitchevan), qu’il n’y a pas eu de discussions avec lui et qu’il n’y a pas eu d’autorisation verbale ou écrite.

Le président de la république d’Arménie Occidentale,  Armenag Aprahamian a rappelé une fois de plus.

“La Conférence de San Remo, en 1920, lors de laquelle la question de l’Arménie, comprenant l’Artsakh a également été discutée. La conférence a demandé au président américain,  Woodrow Wilson, d’assumer le mandat de l’Arménie et d’agir en tant que médiateur pour clarifier ses frontières définitives.

Il a été décidé d’indiquer dans la partie de l’accord avec la Turquie sur l’Arménie que la Turquie, l’Arménie et les autres parties contractantes ont accepté de solliciter la médiation du président américain, sur la question des frontières Turquie-Arménie (dans les provinces d’Erzurum, Trabzon, Van et Bitlis), accepter sa décision et les conditions qu’il proposerait à l’Arménie pour avoir accès à la mer.”

Mais maintenant, sur cette question, les turcs sont pressés d’annoncer que la question de l’Artsakh a été résolue ou est en train de l’être par la conclusion de certains accords. L’Arménie (Orientale) ne doit pas signer un accord avec ces États, par lequel elle reconnaîtra les frontières de la Turquie et de l’Azerbaïdjan. En outre, cette route contourne la République autonome du Nakhitchevan, et une autre route traversera le territoire de l’Arménie, qui reliera l’Azerbaïdjan au Nakhitchevan, ce qui à son tour contribuera à l’établissement et au développement de ces territoires avec l’élément azerbaïdjanais et la libération de ce territoire arménien sera plus difficile. Dans ce cas, l’Arménie doit reconnaître l’Artsakh et le Nakhitchevan comme faisant partie de l’état Arménien et prendre des mesures pour les renvoyer. Il est nécessaire pour nous de travailler ensemble pour créer une situation pour la mise en œuvre de la sentence arbitrale Wilson.

La participation de la Turquie à cette guerre et les mesures visant à normaliser les relations avec l’Arménie (Orientale) ont une aspiration particulière, car la Turquie essaie d’être incluse dans l’Union européenne et cela ne se produira pas tant qu’il y aura des conflits frontaliers et territoriaux avec l’Arménie. Dans ce cas, tous les arméniens doivent concentrer leurs efforts, offrant une solution mutuellement avantageuse pour rendre les territoires de l’Arménie Occidentale.