En février 1919, les deux délégations arméniennes de Paris (Versailles), la délégation nationale arménienne au nom des arméniens d’Arménie Occidentale, la délégation de Boghos Nubar et la délégation arménienne dirigée par Avetis Aharonian, se présentent aux alliés, leur demandant de reconnaître les revendications nationales des arméniens. Le ministre des Affaires étrangères de la France, Stephen Pichon, a proposé aux délégués arméniens de préparer un mémorandum. 

Le 12 février 1919, le « Mémorandum des revendications arméniennes » a été présenté avec le contenu suivant: Reconnaissance d’un État arménien indépendant en unissant 7 États arméniens, la Cilicie et le territoire de la République arménienne du Caucase. 

Le 19 janvier 1920, les chefs des deux délégations arméniennes, Poghos Nubar et Avetis Aharonian, convoquent une assemblée, où ils furent informés que la décision de la Conférence de paix de Paris reconnaissait « de facto » l’indépendance de l’Etat arménien, y compris sa souveraineté sur l’Arménie Occidentale. La reconnaissance de l’indépendance a été formulée comme suit:

 1 / Le Conseil suprême des Alliés annonce dans un communiqué qu’il reconnaît le gouvernement de l’Etat arménien comme un gouvernement de facto

  2 / il est décidé que la reconnaissance ne prédétermine pas la question des frontières de l’Etat arménien.