Le défenseur des droits de l’homme d’Arménie, Arman Tatoyan, a publié une déclaration dans laquelle il souligne qu’il est évident d’après les documents d’archives que si les problèmes frontaliers sont résolus avec les approches inadmissibles d’aujourd’hui, des affrontements et des conflits surgiront. «Armenpress» présente sa déclaration.

 » En 1923 [Après l’initiative de Staline en 1921] la province du « Kurdistan rouge » a été créée artificiellement pour diviser l’Arménie et l’Artsakh. Cette division a été faite pour couvrir de Karvachar à la frontière iranienne et de Mrav à Araks. De plus, ces mêmes territoires avec une partie des frontières de l’Arménie soviétique ont été annexés à l’Azerbaïdjan (cette question nécessite une adresse distincte).

Les documents d’archives relatifs à la détermination des frontières de cette période sont d’une importance fondamentale pour la protection des droits des résidents frontaliers de la RA.

Nous devons prendre en compte toutes les erreurs commises dans le passé, en tirer les leçons nécessaires et ne permettre aucune violation des droits du peuple arménien. «