Les négociations de Boghos Nubar Pacha avec les autorités françaises et britanniques ont abouti à la formation de la Légion d’Orient en 1916. La Légion arménienne fut mise sur pied pendant la Première Guerre mondiale pour combattre l’Empire ottoman, libérer la Cilicie et aider les Arméniens à réaliser leurs aspirations à établir leur propre État-nation dans cette région. La légion arménienne n’a dû lutter que contre les Turcs et uniquement en Cilicie. Elle devait devenir le noyau de la future armée arménienne.

Le président de la république d’Arménie Occidentale, Armenag Aprahamian, commémorant le jour de la création de la Légion arménienne, a noté que la Légion arménienne était un coup dur pour les Turcs, un coup fort et précis.

 La création de la Légion a permis aux Arméniens de sortir de leur rôle d’auto-défenseur désespéré et condamné. Au lieu de cela, il a pu saisir une grande partie de sa patrie à l’État génocidaire par la force des armes, puis assurer le retrait des habitants de cette région.

La Légion arménienne est devenue un pont unique pour l’esprit combatif arménien, qui a germé des décennies plus tard dans la lutte d’ASALA et des volontaires de la Première Guerre d’Artsakh.