Le chef de l’expédition de fouilles de Tigranakert, le chef du département de la culture de l’Université d’État d’Erevan, docteur en sciences historiques, le professeur Hamlet Petrosyan a répondu à une autre calomnie à Bakou, notant que les découvertes archéologiques de Tigranakert sont la propriété du peuple d’Artsakh. Les questions de sa préservation ne sont pas du domaine de compétence de Bakou, mais du domaine de compétence des autorités de Stepanakert.

En cas de paix, ils seront rendus à Stepanakert et seront exposés dans le musée à créer.

Selon Hamlet Petrosyan, les fouilles archéologiques de Tigranakert ont été effectuées avec l’invitation officielle et l’autorisation des autorités d’Artsakh, elles ont été financées sur le budget de l’Etat d’Artsakh. Le fait que l’Artsakh ne soit pas politiquement reconnu ne prive pas ses peuples autochtones de leur droit à la culture.

L’idéologie azerbaïdjanaise de priver le peuple de l’Artsakh de son patrimoine culturel est une continuation du génocide culturel. Le génocide dont nous sommes témoins depuis des décennies, le génocide qui a pris de l’ampleur lors de la récente agression de l’Azerbaïdjan et de la Turquie et qui se poursuit chaque jour.