Les experts des droits de l’homme de l’ONU ont appelé à la libération immédiate des captifs de guerre et autres captifs lors de la dernière phase du conflit d’Artsakh, ainsi qu’au retour des corps des morts à leurs familles.

Cela a été rapporté par le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies .

Ils ont souligné qu’ils recevaient des informations selon lesquelles des prisonniers de guerre et d’autres prisonniers étaient tués, disparaissaient, faisaient l’objet de violences et de mauvais traitements sans jugement.

«Aucune circonstance exceptionnelle, qu’il s’agisse d’un état de guerre, d’instabilité politique interne ou de tout autre état d’urgence, ne peut justifier la torture et les disparitions forcées. De telles actions pendant un conflit militaire peuvent être considérées comme un crime de guerre», ont déclaré des experts des droits de l’homme.