Zabel Essayan (née Hovhanessian) naît en 1878 à Scutari dans un quartier de Constantinople. Elle a d’abord étudié dans une école privée, puis est diplômée du collège Surb Khach de Scutari. Pendant un an, elle est l’élève d’Archag Tchobanian.

Mme Zabel Essayan est l’une des figures célèbres de la littérature arménienne moderne à Istanbul. Pendant deux décennies, ses histoires et nouvelles sont publiées dans presque tous les journaux turco-arméniens. En 1895, à l’âge de 17 ans Zabel Essayan publie son premier poème en prose dans la revue “Tsakhik” (Fleur) d’Archag Tchobanian. 

Jusqu’en 1902, elle vécut à Paris comme étudiante en lettres, puis retourna à Constantinople, se consacrant à la littérature.

À la fin des horreurs d’Adana, Mme Essayan est allée en Cilicie, où elle séjourne pendant trois mois pour voir personnellement et se faire une idée de la misère sans fin subie par le peuple arménien. Elle tient une riche correspondance qui lui servira à l’écriture de “Dans les ruines”, livre-clé pour comprendre les heures les plus sombres de l’histoire arménienne.

En 1933, elle quitte l’Europe et s’installe définitivement en Arménie à l’invitation du gouvernement, où elle devient titulaire de la chaire de littérature occidentale à l’Université d’État d’Erevan

Mais ses projets éditoriaux s’arrêtent avec les Grandes Purges staliniennes de 1937. Victime de la terreur, jugée et emprisonnée la même année, elle disparaît sans laisser de trace vérifiable, malade, ou déportée dans les environs de la Transcaucasie. Elle meurt probablement en 1943 pendant son dernier voyage.