Traité de San Stefano, un traité de paix préliminaire signé dans la banlieue de San Stefano de Constantinople le 19 février 1878, mettant fin à la guerre russo-turque de 1877-1878.  Il était d’une grande importance dans la libération des peuples des Balkans du joug turc et dans le domaine de la diplomatie internationale sur la question arménienne. Les dispositions du traité de San Stefano ont été révisées dans un document adopté à la suite du Congrès de Berlin.

Il a été signé le 19 février (3 mars) à San Stefano (près de Constantinople).

Le traité de San Stefano garantissait le respect des obligations contractées par la Turquie, c’est-à-dire. « Mettre immédiatement en œuvre des améliorations basées sur les besoins locaux des régions à population arménienne »

En vertu du traité de San Stefano, le Monténégro, la Serbie et la Roumanie ont été reconnus comme indépendants.

La Bosnie et l’Herzégovine ont acquis leur autonomie au sein de l’Empire ottoman. La Bulgarie (avec la Roumanie orientale, la Macédoine et une partie de la Thrace jusqu’à Thessalonique et la mer Égée) a été déclarée puissance autonome, avec le consentement des pouvoirs et par l’autorité établie par la Sublime Porte.

Les troupes turques ont été retirées de la Bulgarie et les troupes russes y sont restées 2 ans.

La Russie reçut la Bessarabie méridionale, qui en fut séparée par le traité de Paris en 1856, et en Asie, Ardahan, Kars, Batoumi, Beyazit et le territoire jusqu’à Soghanlugh.

Un article spécial (article 16) envisageait des réformes administratives en Arménie Occidentale. Le déroulement réussi de la guerre pour la Russie et l’occupation d’une partie de l’Arménie Occidentale par les troupes russes ont également inspiré des espoirs de libération dans les cercles politiques arméniens.

Pour la première fois dans l’histoire moderne, le nom d’Arménie et les Arméniens ont été mentionnés dans un traité international. Selon l’article 19 du traité, Kars, Ardahan, Bayazet, Batoumi, Oltu, Artanuj, Artvin, Alashkert, Kaghzvan et Khumar sont passés à la Russie.

Laisser un commentaire