La guerre d’Artsakh de 2020 a été une lutte pour préserver l’identité non seulement des Arméniens d’Artsakh et d’Arménie, mais aussi de nos compatriotes vivant en Arménie occidentale. Au temps de la guerre, ils n’attendaient pas avec moins d’impatience des nouvelles du champ de bataille.

Armen Vardanyan, un résident arménien de la ville turque de Moush, vivant parmi les turcs et les kurdes, a nommé ses enfants de prénoms arméniens Hayk, Gevorg ․․․

Gevorg vit aujourd’hui en République d’Arménie. Il sait très bien pourquoi il porte ce nom.

«Mon père m’a nommé d’après le fedaÏ arménien Gevorg Chaush. Il aime beaucoup Chaush et a toujours voulu que je sois comme lui », dit Gevorg, le fils d’Armen, lors de notre conversation.

Je prends contact avec Armen, qui vit en Arménie Occidentale. Il parle avec un enthousiasme particulier de son fils vivant en Arménie ․

“Quand mon fils est né, j’ai rêvé de nommer mon fils Gevorg Chaush. C’est comme ça que je l’ai appelé, Gevorg. Maintenant, il vit en Arménie et est devenu un soldat arménien, Dieu merci. Je l’ai élevé, parce que chaque arménien veut que son fils soit un arménien courageux comme Chaush.”

Vivant sur le territoire sous domination turque, notre compatriote de Moush a préféré que son fils vive en Arménie et devient soldat de l’armée arménienne. Le souhait est devenu réalité. Gevorg a non seulement servi dans l’armée nationale, mais a également réussi à être dans les endroits les plus chauds de la guerre de 2020.

“Le soir du 26 octobre, j’étais déjà à Martuni, en Artsakh. Là, nous avons été attaqués par l’ASE (aéronefs sans équipage, drones) de l’ennemi. Le commandant moral et psychologique de notre bataillon nous a sauvés, mais il est mort. J’ai également été blessé, mais j’ai pu vivre”, raconte Gevorg.

Il dit que la guerre a ses règles. Dans les moments les plus chauds du combat, vous ne pensez pas à vos projets futurs. La patrie et les compagnons de service deviennent plus importants. Le père Mshetsi a beaucoup raconté à Gevorg l’histoire de l’autre partie de la patrie, l’Arménie Occidentale et comment les fedais se sont battus contre l’ennemi quand il n’y avait pas d’armée arménienne régulière. Aujourd’hui, cette armée existe et Gevorg en fait partie.

“Notre armée a toujours été prête pour la guerre. Nous sommes un pays en guerre”, a déclaré Gevorg.

Armen avoue également ce qu’il a ressenti pendant la guerre, lorsque son fils était aux avant-postes.

“C’est votre enfant, c’est votre monde, c’est tout. Il est vrai qu’il y avait beaucoup d’enfants arméniens à côté de mon fils, mais pendant ces 44 jours j’étais très inquiet. On peut dire que je n’ai pas vécu à cette époque.”

Armen est heureux que son fils ait pu maintenir la conscience de posséder la patrie même après avoir traversé les épreuves de la guerre. Mshetsi dit fièrement “c’est mon éducation”․

“Je suis très heureux que mon fils ait participé à la défense de la patrie. Lorsque vous réalisez que tant de gens viennent à vous, ils veulent vous détruire, vous devez vous battre, votre fils doit se battre”, conclut le père Mshetsi, dont le fils s’est battu héroïquement contre l’ennemi.

Considérant l’État-nation comme la valeur la plus élevée, Armen dit que le service d’un arménien dans l’armée arménienne est nécessaire. Si vous ne servez pas dans votre armée, vous allez devoir servir l’armée de quelqu’un d’autre. C’est la devise d’Armen.

https://armeniasputnik.am/columnists/20210222/26499206/te-inchpes-msheci-hayn-ir-vordun-uxarkec-banak.html