Beaufort Sea

Des scientifiques de l’Université de Washington, du Laboratoire national de Los Alamos et de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) ont constaté que la teneur en eau douce de l’océan Arctique avait augmenté de 40% au cours des deux dernières décennies. La pénétration de l’eau douce dans l’océan Atlantique pourrait avoir un effet catastrophique sur le climat mondial, selon Nature Communications.

Selon les scientifiques, l’accumulation d’eau douce se produit en raison de la fonte de la glace arctique. L’eau douce est actuellement sur l’eau saumâtre et est protégée par les vents dans la mer de Beaufort, créant quelque chose comme un dôme d’eau. 

Si les vents faiblissent, l’eau douce s’infiltrera dans l’Atlantique Nord, y compris la mer du Labrador. Ceci, à son tour, affectera les grands courants océaniques dans l’océan Atlantique, ainsi que la circulation des eaux froides et chaudes.

Actuellement, le volume d’eau douce de la mer de Beaufort est deux fois plus élevé que l’an dernier et est de 23 000 kilomètres cubes. Bien que l’impact exact d’une telle «bombe» d’eau douce sur l’Atlantique soit impossible à prédire, les scientifiques pensent qu’elle aura un impact significatif sur le climat de tout l’hémisphère nord.