Le fondateur de l’historiographie nationale arménienne Vardges Sureniants est né en 1860 à Akhaltsikhe dans une famille ecclésiastique. Il a eu l’occasion d’étudier à la prestigieuse école arménienne Lazarian située dans la ville. En 1876, il poursuit ses études à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou où il obtient son diplôme en 1879. La même année, Sureniants se rend à Munich, en Allemagne, où il étudie l’architecture à l’Académie des Beaux-Arts, reçoit plus d’éducation en peinture et obtient finalement son diplôme en 1885.

Connaissant dix langues, Sureniants a étudié l’art et la littérature de différentes nations. De retour de Munich, il participe à une expédition scientifique en Perse.

Sureniants vivait et travaillait sous un ciel étranger, mais avec toute son essence et chaque fil de son âme, il était lié à son peuple natal.

Dans ses peintures, il a montré le passé héroïque du peuple arménien, le présent et l’avenir, sa révolte et son espoir, sa souffrance et sa foi, son immortalité.

Impressionné par son expédition scientifique en Perse, il peint des toiles sur des thèmes orientaux. Il est difficile de trouver un domaine des beaux-arts où Sureniants n’est pas entré. Il n’est pas seulement un grand peintre, mais aussi un créateur de livres talentueux, un célèbre peintre de théâtre, un théoricien de l’art expérimenté, un traducteur, un architecte, un sculpteur et une personnalité publique. Il a également peint des paysages et des portraits. Sureniants est l’auteur des fresques de l’église arménienne de Yalta.

Vardges Sureniants est décédé le 6 avril 1921 à Yalta.