Au milieu du Grand Carême, les églises de Ninotsminda et Akhalkalaki ont organisé un festival « Gata Arménien ».

À l’intérieur et dans la cour de l’église Sainte-Croix, les fidèles célèbrent le Mitchink, c’est-à-dire le milieu du Grand Carême. Le début du festival a été marqué par une prière à Dieu, des hymnes, les croyants ont prié et ont allumé des bougies. Dans la cour de l’église, une table a été dressée avec des plats de Carême. La place principale dans les délices était occupée par le gata arménien traditionnel, à la fois le gata salé dans la version akhalkalaki et le gata traditionnel sucré.

Ensuite, le Père Narek Tigranyan, le pasteur de l’église Sainte-Croix à Akhalkalaki, a parlé du Carême et de Mtchink, a béni les personnes présentes et a donné de la nourriture et des certificats, des souvenirs aux femmes qui préparaient du gata et d’autres délices.

Le nom « Mitchink » est donné au jour partageant le Carême, qui n’a aucune signification festive. Exactement la moitié des quarante-neuf jours de Carême, mercredi, qui avait sa propre chaîne de cérémonies. 

Au Djavakhk, selon la tradition, dans les familles avec une fille ou un garçon fiancé ce jour-là, le gata est cuit dans de l’huile, avec une perle ou de la monnaie dedans et envoyée au marié ou à la mariée. Et lors de la coupe, ils donnent une part égale à tous les membres de la maison, ainsi qu’aux animaux de compagnie et à la terre. Quiconque retrouve la pièce dans sa part du ministère, son succès au cours de cette année est garanti.