Yéghiché (Élisée) Tcharents, né Soghomonian, le 13 mars 1897 à Kars et assassiné le 27 novembre 1937 à Erevan, est un poète arménien, écrivain, traducteur, éditeur, membre de l’Union des écrivains d’URSS depuis 1934.

A partir de 1921, le nom littéraire « Tcharents » devint pour lui un nom de famille civil.

En 1915, le 6e détachement de volontaires arméniens, pour rejoindre l’armée russe combattant les turcs, traversa le mont Tapariz, au nord-est du lac de Van. Un volontaire de Kars avec un corps de la marine a pris la parole lors du rassemblement naturellement convoqué. Les feux du patriotisme brûlaient dans les grands yeux de ce soldat-orateur qui était le futur grand poète Yéghiché Tcharents.

L’expression unique de ce qu’il a vu, vécu et ressenti est devenue plus tard le poème du poète « Légende dantesque”, qui est la première et la plus choquante réponse de la littérature arménienne à la guerre mondiale de 1914-1918. Ce poème est l’une des premières références écrite où il transcrit ses visions du génocide contre les arméniens.

En 1928-35, Tcharents a travaillé à la maison d’édition d’État d’Arménie à Haypethrat, d’abord comme employé du département d’art, puis comme chef du département d’art, et à partir de 1934 comme rédacteur en chef de la maison d’édition de classiques russes et étrangers. Pendant les années brutales du culte de la personnalité, dans les années 1930, la persécution des écrivains, des personnalités culturelles et publiques a commencé. Charents ne l’évite pas. En septembre 1936, il fut assigné à résidence et bientôt arrêté. Les accusations étaient les mêmes que celles de tout le monde – nationalisme, contre-révolution, terrorisme, haute trahison …

Les livres de Tcharents sont collectés dans les bibliothèques et les librairies. À l’automne 1937, sa femme, Isabella, a également été arrêtée.

Yéghiché Tcharents est décédé à l’hôpital pénitentiaire d’Erevan le 7 novembre 1937.

Il est l’un des véritables grands pionniers de la littérature arménienne. Il n’y a pas de sphère où l’esprit créateur du patriote et poète Tcharents ne se fait sentir. Aujourd’hui encore, dans toutes les sphères pédagogiques, les œuvres toujours à jour du poète sont enseignées.