Le Ministère des affaires étrangères de la République d’Artsakh a publié une déclaration dans le cadre de la Commémoration des victimes des massacres de la population arménienne à Chouchi.

“Il y a 101 ans, ce jour-là, les autorités de la République d’Azerbaïdjan, en coopération avec l’armée régulière turque et de nombreux gangs armés, ont organisé le massacre de la population arménienne de Chouchi, détruisant presque complètement la capitale historique de l’Artsakh.

Le génocide de Chouchi a été la première manifestation de la politique d’agression contre l’Artsakh par un État créé artificiellement appelé «Azerbaïdjan». À la suite de ce crime odieux, des milliers d’arméniens ont été tués, des dizaines de milliers ont été forcés de fuir la ville, le patrimoine culturel arménien a été détruit, les biens des gens ont été pillés et les sanctuaires ont été profanés.

Cet événement tragique a donné l’impulsion à la politique que l’Azerbaïdjan devait adopter pour les décennies à venir.

Le fait que les politiques génocidaires de Bakou et d’Ankara n’aient pas reçu une évaluation adéquate de la communauté internationale et que les auteurs soient restés impunis a conduit l’Azerbaïdjan, avec le soutien de la Turquie et l’implication de terroristes internationaux, à déclencher une nouvelle agression contre l’Artsakh le 27 septembre 2020, prenant le contrôle conspiratoire de la ville forteresse arménienne de Chouchi.

Les Arméniens d’Artsakh n’accepteront jamais la perte de Chouchi. Cette ville a été, est et restera une partie intégrante de l’Artsakh. Le maximum sera fait pour la désoccupation des territoires occupés de l’Artsakh et la restauration de la justice historique.”