Les autorités turques, dirigées par le président Recep Tayyip Erdogan, détruisent sans précédent les droits de l’homme et les normes démocratiques.

C’est ce qu’indique un nouveau rapport de l’organisation internationale des droits de l’homme Human Rights Watch.

Deux jours plus tôt, le procureur général du pays avait demandé à la Cour constitutionnelle de fermer le Parti démocratique populaire pro-kurde. Le même jour, l’un des députés du parti a été déchu de son mandat parlementaire.

« Les dernières mesures du président Erdogan contre l’opposition parlementaire, les Kurdes, les femmes, visent à assurer la présidence, en violant les droits de l’homme et les garanties démocratiques », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch.