Le Théâtre national de musique de chambre d’Erevan a présenté la première de la pièce « Ange du salut » les 24 et 25 mars, peu avant le 106e anniversaire du génocide commis contre les arméniens, rapporte le quotidien Aravot. Le scénario a été écrit sur la base du livre documentaire « À la croisée des chemins de Der Zor » de l’historien allemand Hilmar Kaiser.

En 1915, des trains au départ des gares de Garlyck et d’Alep emmènent les arméniens à la mort dans le désert du Der Zor. Cependant, de nombreux enfants ont survécu à ces trains grâce au pasteur spirituel de l’Église évangélique, Hovhannes Eskidjian.

En vérifiant l’heure à laquelle le train commercial arrive, Eskidjian se rend aux gares chaque semaine. Les arméniens ont été transportés à Der Zor par des trains depuis ces gares. En s’arrangeant avec l’armée turque, l’honorable paye un or pour chaque enfant, les sauvant ainsi. Eskidjian a sauvé les enfants en secret, mais il y avait des traîtres à Alep qui ont trahi le grand Arménien. Lorsque la police est arrivée pour l’arrêter, la veille, le 25 mars 1916, il était déjà mort du typhus, infecté par l’un des enfants qu’il a secouru.

L’auteur et directeur du scénario est Nuné Abrahamyan.

Le personnage principal est l’acteur Smbat Stepanyan, sa femme Gulenia est Anahit Kirakosyan.Le pacha turc a été joué par l’acteur Ara Gevorgyan et le rôle du missionnaire de l’orphelinat a été joué par Laura Babayan. Les jeunes étudiants de la troupe de théâtre « Hayasa » sont également inclus dans le spectacle avec la troupe du théâtre.

Vous pouvez lire l’article complet en suivant ce lien.