La communauté internationale s’est lavé les mains et s’est écartée. Faisant référence à la destruction d’un autre monument à Chouchi, a déclaré l’archéologue, culturologue, docteur en sciences historiques, le professeur Hamlet Petrosyan.

“Ils écrivent à ce sujet, l’envoient, préviennent les organisations internationales, mais il n’y a pas de résultat. Malheureusement, la société arménienne aujourd’hui n’est pas un facteur indépendant de préservation de son patrimoine”, explique l’expert des monuments.

H․ Petrosyan souligne également qu’aujourd’hui, nous ne sommes pas seulement en danger de perdre notre héritage culturel et spirituel. Selon le professeur, la question est de savoir s’il y a des Arméniens ou non, et le vandalisme des monuments est l’une des manifestations de notre incapacité. Et l’Azerbaïdjan, de l’avis de l’expert des monuments, a adopté une politique claire, il a une machine qui travaille contre les Arméniens, il vise à éliminer l’Arménie en général.

“Les Arméniens doivent trouver la force, l’auto-organisation, un leader qui réfléchira et prendra des mesures”, a-t-il souligné.