Sharon Stidman, professeur à l’Université de l’État de New York, a publié un article dans le “Journal of Archaeological Science”. L’article examine les informations sur la survie des personnes vivant dans les régions frontalières de l’Arménie Occidentale, montrant comment elles ont adapté leur agriculture à l’environnement dans des conditions de sécheresse.

L’étude a été menée sur la colline Chader, un lieu unique en Arménie Occidentale, qui est la demeure permanente de l’humanité depuis des milliers d’années.

Des études montrent comment les habitants de la colline Chader de Yozgat, il y a plus de 5 000 ans, se sont adaptés aux conditions changeantes.

Les êtres humains, en tant qu’êtres talentueux, ont pu survivre dans le passé face à des défis tels que le changement climatique.