Vrtanes Papazian fils de Mesrop est un intellectuel arménien, écrivain, personnage public-politico-culturel, critique littéraire, éditeur, historien littéraire et enseignant-traducteur.

Il est né le 12 avril 1866 à Van en Arménie Occidentale et mort le 26 avril 1920 à Erevan dans la République d’Arménie du Caucase.

En 1868, il s’installe avec ses parents à Agulis, où il fait ses études primaires. Il a étudié à l’école Aramyan de Tabriz (1875-1878), au séminaire Gevorgyan d’Etchmiadzin (1878-1879) et est diplômé de l’Université de Genève (1894). Pendant de nombreuses années, il a enseigné à Van, Tbilissi (Géorgie), Téhéran, Chouchi, Bucarest, Bursa, etc. Il a édité les journaux « Kriv » (1894), « Shavigh » (1894-1896), « Karabakh » (1911-1912) et a publié des articles et de la correspondance. En 1889, la presse a commencé à publier une série d’histoires et d’images de Papazian reflétant la vie des Arméniens Occidentaux.

Papazian a joué un grand rôle dans le développement du drame arménien. Dans ses drames (« Arshaloys », 1905, « Hosanq », 1902, publié en 1905, « Zhayr », 1907, « Aytsemnik », 1915, publié en 1959, « Hayreniki hamar », 1916, publié en 1959), sur la base de matériaux historiques et modernes, il a mis en avant des idées de libération nationale et de libre-pensée.

Il a évoqué le folklore et l’histoire de différents peuples. Pour l’étude ethnographique « Hay boshaner » (1899), il fut élu empereur de Moscou, membre de la société ethnographique (1900).

En 1910, Papazian reçoit une invitation de l’école diocésaine de Chouchi ou il y reste jusqu’en 1912 et enseigne la langue arménienne, la littérature, l’histoire, la logique. Édite le journal « Karabakh ».  

Vrtanes Papazian a été persécuté par le gouvernement russe pour avoir propagé des idées libérales et pour des vues de libération nationale, il a été condamné à mort par contumace en Turquie. Vrtanes Papazian est décédé le 26 avril 1920 à Erevan.

Dans différentes villes de la république ainsi qu’à Erevan, les rues et les écoles portent le nom de Papazian.

Son corps est enterré dans le panthéon après Komitas.