Le ministère des Affaires étrangères de la République d’Artsakh a publié une déclaration concernant l’opération «Koltso» (Boucle). «Armenpress» a présenté la déclaration.

«Il y a 30 ans, le 30 avril 1991, les autorités azerbaïdjanaises ont lancé l’opération «Koltso», qui peut à juste titre être considérée comme l’un des actes les plus sanglants et les plus inhumains de déplacement de peuples de leurs terres historiques.

Au cours de l’opération, qui a utilisé pour la première fois des chars, des hélicoptères militaires et de l’artillerie contre la population civile, des centaines de villages arméniens du nord de l’Artsakh, ainsi que des régions de Shahumyan, Hadrout et Chouchi ont été évacués et détruits, des dizaines de milliers de personnes déplacées, des centaines tués et faits prisonniers. Le sort de beaucoup d’entre eux est encore inconnu.

L’opération «Koltso» est devenue une autre manifestation de la politique génocidaire de l’Azerbaïdjan et de la poursuite de la chaîne de massacres des arméniens et du nettoyage ethnique à Soumgaït, Bakou, Kirovabad et dans d’autres villes et régions d’Azerbaïdjan peuplées d’Arméniens en 1988-1991, ainsi que dans le Région autonome du Haut-Karabakh et Artsakh du Nord.

L’opération «Koltso», la guerre d’avril 2016 et la guerre de 44 jours déclenchée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh en 2020 avec le soutien de la Turquie et des mercenaires de divers groupes terroristes, les crimes de guerre commis par les forces armées azerbaïdjanaises et les violations flagrantes du droit international humanitaire montrent que l’indifférence et l’impunité des crimes contre l’humanité entraînent leur récurrence.

Laisser un commentaire