AZERBAÏDJAN – Les réfugiés azerbaïdjanais des années 90 se plaignent que les fonctionnaires de l’État les ont oubliés. En fait, l’Azerbaïdjan n’a pas de «réfugiés» parce qu’ils ont tous obtenu immédiatement la citoyenneté azerbaïdjanaise et beaucoup d’entre eux se sont installés dans les maisons d’Arméniens déportés qui ont fui les massacres.

Au cours des nombreuses années du processus de négociation, le chef de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a insisté pour que les réfugiés azéris qui avaient quitté le Karabakh pendant la première guerre des années 1990 retournent chez eux en Artsakh.

Mais après la guerre de l’année dernière, les responsables azerbaïdjanais les ont complètement oubliés. Les réfugiés vivent dans des conditions inhumaines en Azerbaïdjan toutes ces années, attendant leur tour depuis plus de 30 ans.

Aliyev a décidé que les appartements des Azéris expulsés d’Artsakh seraient désormais fournis aux familles des martyrs.

Bien sûr, satisfaisant leurs aspirations dictatoriales, les autorités ont contracté la démence, oubliant l’existence de ces «réfugiés».